top of page

30ème Dimanche Année C

C'est la prière du pauvre qui plait à Dieu...

Et nous transforme !





(Le Christ en vitrail , Wissembourg 1050)





"La prière du pauvre traversera les nuées"

(Ben Sirac le Sage, 35, 15b)

​​

Nous nous souvenons des Béatitudes

dans l'Evangile selon Saint Matthieu,

de deux simplement :

"Heureux les cœurs purs,

ils verront Dieu ;

heureux les pauvres en esprit,

c'est eux qui possèderont

le Royaume de Dieu !"

(Mt 5)

Le publicain dans l'évangile de ce jour (Lc 18)

n'est pas meilleur que le pharisien !

Gardons-nous de nous risquer

à une appréciation morale :

"celui-ci est mieux que celui-là !"

Ce n'est pas de cela dont il s'agit ici !

Ce n'est pas l'enseignement

de cet Evangile...


Les personnes qui se sont essayées

non pas seulement à "dire des prières"

mais à "entrer dans la prière",

auront vite compris que pour durer

et y trouver du bonheur,

il faudra laisser des choses

plutôt qu'en accumuler,

con-sentir (cum sentire en latin),

"sentir avec Dieu",

plutôt que vouloir sentir par soi-même...

...Cela c'est pour le cœur !

S'agissant de l'esprit,

il faudra en effet,

cesser de vouloir chercher à comprendre

et raisonner à propos de tout dans la prière,

de faire de grandes conversations à Dieu

pour entrer plutôt dans un autre savoir

celui qui transcende

et dépasse toute perception :

ne rien vouloir rien savoir,

sinon Dieu seul et Sa Présence

en moi et devant moi !


La prière véritable

enseignée par toute la Tradition chrétienne

suppose de faire taire sa langue

et également sa tête, ce qui est encore moins aisé !

A la prière, ce n'est d'ailleurs pas l'heure

de sentir, ni même de comprendre,

c'est tout simplement l'heure

de croire qu'Il est là !

Et cela est plus difficile

que ce n'est compliqué à faire !

C'est pourquoi nous avons bien souvent l'intention

de prier... Demain... Très bientôt...

Sûrement après-demain,

plutôt que de prendre effectivement les moyens

de prier simplement...

Ici, tout de suite là et dès maintenant... !

Le Publicain n'avait pas grand chose à dire

sinon se reconnaître pécheur !

Toute la Tradition spirituelle chrétienne,

(en particulier Origène,

égyptien du début du IIIème siècle

ou Saint Cyprien,

Evêque africain de la même époque)

enseigne depuis deux mille ans,

de commencer "sa prière"

par un acte de contrition,

ou par une petite phrase qui manifeste à Dieu

combien nous mesurons le différentiel

entre ce que nous sommes, ce que nous faisons,

ce que nous disons, ce que nous engendrons

et l'Amour de Dieu, la vérité de Dieu,

bref, tout ce qu'est Dieu !

Ceci est d'autant plus est vrai

depuis la belle

prière de Saint Pierre dans l'Evangile

"Seigneur, prends pitié du pécheur que je suis ",

depuis le repentir de Zachée

ou encore depuis que cette femme

portant avec elle son nectar de parfum,

n'hésita pas à l'abandonner

en le répandant sur les pieds

de Jésus-Christ !

Rien, n'est trop beau en effet,

à "lâcher" à l'heure de la prière,

afin de privilégier une seule chose :

Dieu seul en moi et devant moi !

A la prière, ce n'est plus nous d'abord,

mais c'est Lui surtout !

Cela va clairement à l'encontre

de toute la mentalité de l'esprit du monde

qui nous apprend

la préoccupation du "moi d'abord !"

(Môôa !)

Or pour entrer dans la prière chrétienne,

il convient de se convertir sans fin

et combattre les pièges du seul faux ami :

Môôa... !


"La prière du pauvre traversera les nuées..."

(Ben Sirac le Sage, 35, 15b)

Etre pauvre pour prier,

c'est accepter de nous y mettre

sans rien entendre sensiblement

et sans rien comprendre intellectuellement !


Etre pauvre pour prier,

c'est laisser au vestiaire

nos états d'âmes, nos frustrations humaines,

nos petites ruminations affectives,

nos inquiétudes et nos soucis,

nos idées même,

afin de nous occuper de Dieu seul !

Lui seul d'ailleurs, sait ce qui agite notre cœur

et saura le prendre en compte

bien mieux que nous-mêmes...

Etre pauvre pour prier,

après que nous nous soyons reconnus pécheurs,

comme l'indique également

toute la Traditions spirituelle chrétienne,

c'est prier pour les autres

plus que pour nous-mêmes,

car après le sens de notre péché,

c'est l'intercession pour les autres

qui nous conduit

directement dans le cœur de Dieu !

Pour prier, il faut de fait,

apprendre à se détacher de soi-même

pour commencer bientôt

à s'aimer soi-même en Dieu....


Tout un art pour prétendre Le connaître,

autant que notre seule nature humaine

avec Sa grâce,

puisse nous le permettre

en ce monde nécessairement limité...

Seule la prière,

avec des facultés humaines créées,

nous permet d'approcher autant l'Incréé !

תגובות


bottom of page